Mesurer le CO2 pour réduire le risque d’infection lié à la COVID

Des études scientifiques prouvent qu’il existe un rapport entre le taux de CO2 ambiant et le besoin de renouvellement de l’air. Les teneurs en CO2 évoluent en fonction du nombre de personnes présentes dans une pièce. Plus la teneur augmente, plus le risque de transmission des agents pathogènes et des virus tels que les coronavirus sont importants. Les appareils de mesure de Testo vous alertent dès que le taux de CO2 est trop élevé. Par le réglage optimal de votre système de ventilation, climatisation, vous pourrez ainsi garantir à tout moment une bonne qualité de l’air intérieur et prévenir la transmission d’agents pathogènes. Cela permet de réduire le risque d’infection par des maladies telles que la COVID-19. Certain gouvernement recommande même de contrôler le taux de CO2 de l’air en utilisant des appareils de mesure du CO2 afin de quantifier le besoin en renouvellement d’air pour réduire le risque d’infection.

Nous contacter :

Vous avez des questions ? Nous vous renseignerons avec plaisir.

Produits

Enregistreur de données
testo 160 IAQ

Enregistreur de données testo 160 IAQ
  • Afficheur grand format : Lecture directe de la concentration de CO2 (ppm) ambiant ou possibilité d’un mode sommeil                
  • Appareil de mesure portable : Compact, tient dans une main      
  • Alarmes visuelles :  Principe du feu tricolore (vert, orange et rouge) = Moyen visuel de savoir à quel moment devoir renouveler l’air du local                          
  • Alarmes SMS et/ou mail : Possibilité d’être alerté à distance lorsque l’équipement est utilisé en mode enregistreur (poste fixe)
  • Equipement connecté : Toutes les valeurs enregistrées et sauvegardées automatiquement dans un cloud sécurisé (0 Euro de frais d’abonnement)
  • Possibilité de l’alimenter : Plus à se soucier des piles lorsqu’utilisé en stationnaire sur secteur           

Kit de CO2
testo 440

Kit de CO2 testo 440
  • Menu de mesure clairement structuré pour la mesure de longue durée ainsi que détermination simultanée du CO2, de l’humidité de l’air et de la température de l’air à l’intérieur
  • Compensation de la pression absolue, calcul de la température du bulbe humide, du point de rosée et de l’humidité absolue
  • Sonde sans fil, mémoire de données interne ainsi qu’interface USB pour l’exportation des données
  • L’analyseur de climat peut être complété par une vaste gamme de sondes numériques



Kit de confort thermique
testo 400

Kit de confort thermique testo 400
  • Détermination du confort thermique conforme aux normes : PMV et PPD ainsi que courant d’air et degré de turbulence conformément à EN ISO 7730 et ASHRAE 55
  • Détermination de la concentration en CO2, de l’humidité de l’air, de la température de l’air et du degré de turbulence, y compris les mesures de longue durée
  • Programmes de mesure intuitifs, mesures avec documentation complète, gestion des données de mesure et logiciel d’analyse testo DataControl
  • L’appareil de mesure de vitesse d’air et d’IAQ peut être complété par une vaste gamme de sondes numériques

Appareil de mesure du CO2
testo 315-3

Appareil de mesure du CO2 testo 315-3
  • Capteur électrochimique de CO de haute précision, capteur infrarouge de CO2 résistant aux chocs
  • Alarme visuelle et sonore en cas de dépassement des valeurs limites – valeurs limites définissables librement
  • Construction robuste
  • Homologué TÜV conformément à DIN EN 50543









Téléchargements

Téléchargement de l’article technique

Article technique « Surveillance du CO2 et qualité de l’air intérieur »
Article technique de Testo « Surveillance du CO2 et qualité de l’air intérieur ».

Téléchargement de l’exemple d’application

Exemple d’application « Surveillance du CO2 en salle de classe »
Exemple d’application de Testo « Détection d’une concentration en CO2 élevée en salle de classe avec l’enregistreur de données radio testo 160 IAQ ».

Plus sur le Facility Management

 

Que signifie « aérosol » ?

Transmission aéroportée par des aérosols
Les aérosols sont de fines gouttelettes ou particules en suspension qui arrivent dans l’air par notre expiration. Ils ne mesurent que quelques micromètres ou nanomètres ; pour cette raison, ils sont en suspension dans l’air et ne descendent par terre que très lentement. Lorsque nous respirons, parlons ou chantons, nous expirons de l’air. Ce faisant, chaque personne expire en permanence du CO2 et des aérosols. Des agents pathogènes et des virus tels que les coronavirus peuvent se transmettre par cette voie.

Les aérosols à l’intérieur

En général, le risque d’infection est nettement plus élevé dans les bâtiments qu’à l’extérieur car les particules d’aérosol restent plus longtemps dans l’air. Le risque d’une propagation inaperçue d’agents pathogènes augmente avec le taux d’aérosols de l’air. Lorsque le taux est suffisamment élevé, les aérosols peuvent être inspirés malgré une distance (de sécurité). On parle alors de transmission aéroportée par des aérosols. Moins la concentration d’aérosol est élevée, plus la dose d’aérosol inspirée par une personne est faible et donc également le risque d’infection. Ce risque de transmission aéroportée peut être réduit en chassant l’air chargé ou par brassage avec de l’air non chargé. Une aération régulière ou le réglage optimal du système de ventilation est nécessaire à cette fin.
Surveillance du CO2 avec le testo 160 IAQ

La mesure du CO2 pour lutter contre les aérosols

Mesure du CO2 avec le testo 440
Le taux de CO2 augmente lorsque beaucoup de personnes se trouvent dans un local mal aéré. On peut déduire la charge probable en aérosols de la concentration en CO2. Plus de taux de CO2 est élevé, plus le risque d’inspirer des aérosols qu’une autre personne vient d’expirer augmente. La concentration en CO2 est donc en quelque sorte une mesure indirecte de l’exposition éventuelle aux aérosols. La qualité de l’air intérieur chargé par la présence humaine est généralement évalué par son taux de CO2. Les capteurs de CO2 aident à détecter à quel point l’air est « usé » dans un local. Une concentration en CO2 jusqu’à 1 000 ppm (parts par million) est acceptable dans les locaux d’intérieur. Pour comparer : l’air extérieur présente un taux de CO2 d’environ 400 ppm.

L’humidité de l’air contre les aérosols chargés en virus

Des températures très basses et une faible humidité de l’air favorisent une longue survie des virus sur les surfaces à l’air. Même à des températures moyennes de 20 à 30 °C et une faible humidité de l’air, les virus présentent une longue survie. En revanche, dans la plage de 40% à 60% d’humidité relative de l’air, les aérosols se rétrécissent tellement que la concentration en sel du noyau d’aérosol augmente au point de détruire les germes et microorganismes contenus. C'est pourquoi une mesure régulière de l’humidité relative de l’air est recommandée en plus de la mesure du CO2.
Mesure d’humidité avec le testo 400